Monsieur le Conseiller régional, représentant la Présidente de Région, 

Monsieur le Conseiller départemental, représentant le Président du Département, Mesdames et messieurs les Maires et élus, 

Monsieur le Maire de Montpellier, 

Mesdames et messieurs les Conseillers municipaux, 

Piscénoises, Piscénois, 

Amis de communes voisines et amoureux de notre ville, 

Merci d’abord aux Conseillers municipaux de leur confiance après celle que nous ont accordée les Piscénoises et les Piscénois dimanche dernier. 

Ils mesurent l’émotion qui est aujourd’hui la mienne, mêlée au sentiment des responsabilités qui nous attendent et dont l’étrange paradoxe pourrait se résumer dans cette phrase d’un Député élu avec le Front Populaire : « Enfin, les ennuis commencent ! ». 

Merci, une nouvelle fois, aux Piscénoises et aux Piscénois qui ont choisi que je devienne leur nouveau Maire, accompagné d’une nouvelle équipe engagée, solide et solidaire. 

Je veux leur dire que je serai le Maire de toutes les Piscénoises et de tous les Piscénois, un Maire de dialogue, un Maire de terrain, un Maire sur le terrain. 

Merci, à celles et ceux qui, plus largement que l’équipe que je conduisais, ont, avec nous, porté l’espoir pendant 9 mois et plus. 

Merci à celles et ceux qui m’ont accompagné durant 6 ans dans les rangs de la minorité municipale. 

Merci à ma famille qui m’a transmis ces deux « virus » que sont Pézenas et la politique. Merci  à Marion et à Juliette, soutien et étincelle, qui rendent la vie délicieuse quels que soient les moments. Merci à elles et à eux pour être ce qu’ils sont et contribuer à faire ce que je suis. 

Merci, enfin, au personnel municipal pour la qualité de son accueil dans cette semaine particulière où l’on devient Maire mais où on ne l’est pas encore. 

Merci de son travail pour faire de ce Conseil municipal, particulier dans une situation particulière, une réussite. 

Ce matin, en entrant dans la Cour de la Mairie, j’avais le regard d’un enfant. 

Un enfant qui habitait tout proche, rue Marceau, et dont la Cour de la Mairie était le chemin de l’école. Un enfant de 6 ans dont les couloirs de la Mairie sont devenus un terrain de jeux lorsque sa mère était élue et que son père travaillait non loin. 

Le savait-il à cette époque ? Le voulait-il déjà ? Certains vous diront qu’il l’a toujours voulu. D’autres vous diront qu’ils l’ont toujours su. 

Je sais, aujourd’hui, que je ne suis plus enfant mais que j’ai toujours ce regard attendri lorsque je regarde ma ville. 

Je sais, aujourd’hui, qu’il n’y a pas de parcours type ou de destin. Il y a seulement une envie, de l’engagement, de l’amour, de la passion, des rencontres, des valeurs, du travail, du collectif, des énergies fédérées… 

C’est cet ensemble, ce sont ces énergies qui me permettent aujourd’hui de devenir, devant vous, le nouveau Maire de Pézenas. 

Et ce n’est pas rien lorsque l’on met ses pas, si nous devons remonter loin, dans ceux :

  • de Louis Montagne qui fut le Maire emblématique de Pézenas au XIXème siècle, à qui nous devons une part de notre renommée nationale et internationale parce qu’il a compris, sous l’influence d’Albert-Paul Alliès, l’importance d’unir Molière et Pézenas.
  • de Jean Bène, l’homme de la résistance. L’homme aussi qui a rythmé la vie de notre ville pendant plus d’un demi siècle et en a été Maire durant 36 ans faisant bénéficier Pézenas de la synergie de ces nombreux autres mandats. Il nous a légué des piliers sur lesquels Pézenas repose encore : classement de la ville en « secteur sauvegardé », travaux d’assainissement, lotissements communaux, équipements scolaires et sportifs… dont un porté avec Charles Alliès et qui est aujourd’hui le Lycée Professionnel.
  • de Joseph Garbal qui, à sa manière, aura prouvé que l’alternance était possible et qui aura participé à la reconstruction démocratique de l’après-guerre.
  • de Louis Audibert, travaillant de concert avec son Premier adjoint, Jean Sentenac, poursuivant l’œuvre de Jean Bène, lançant le SICTOM et achetant Castelsec.
  • de Pierre Guiraud qui a contribué à donner un temps d’avance à Pézenas en réalisant un certain nombre d’équipements structurants dont la Médiathèque, la Maison des Métiers d’Art, l’hôpital local, le cinéma, le stade synthétique ou la Maison de l’entreprise…
  • d’Alain Vogel-Singer,  auquel les Piscénoises et les Piscénois auront renouvelé leur confiance à 5 reprises, dont on connaît la passion pour Pézenas et le défenseur qu’il est du patrimoine et des Métiers d’Art. 

Il y a donc une grande responsabilité pour moi, pour nous, à prendre aujourd’hui nos fonctions d’élus et à les assumer pleinement pendant 6 ans. 

La première de ces responsabilités est de fédérer. 

Et cela commence aujourd’hui. Je veux dire aux élus de la nouvelle minorité municipale qu’ils seront respectés et associés. 

Fédérer les habitantes et les habitants, les associations, les acteurs économiques, les forces culturelles, toutes les énergies qui font Pézenas. 

Et cela est d’autant plus important que nous avons à faire face à des crises sanitaires, économiques et sociales, sans précédent. 

Faisons nôtres ces vers d’Aragon : « Quand les blés sont sous la grêle fou qui fait le délicat, fou qui songe à ses querelles au cœur du commun combat. » 

Ensemble, nous allons répondre aux urgences. 

L’urgence écologique que plus personne ne peut nier et à laquelle nous devons apporter des solutions concrètes, construites en lien avec nos impératifs de solidarité et de proximité, en ayant à l’esprit que nous pouvons penser global et agir local. 

L’urgence économique pour faire face aux mois qui nous attendent, soutenir nos commerçants et artisans, promouvoir nos productions, miser sur nos atouts, croire en notre attractivité et porter des projets ambitieux et innovants pour nos territoires et pour l’emploi. 

L’urgence sociale car, plus que jamais, la solidarité devra être au rendez-vous : dans les quartiers, entre les âges, avec les associations… Cette solidarité qui sans la proximité n’est rien et la première des proximité sera celle des élus dont le premier des bureaux devra être le terrain. 

L’urgence culturelle car, ici plus qu’ailleurs, la culture n’est pas une variable d’ajustement, elle n’est pas un supplément d’âme mais elle est l’âme même de notre ville. Elle est production, création, Histoire, patrimoine, traditions, savoirs, éducation et éducation populaire. 

Répondre à ces urgences commence dès aujourd’hui. 

Et, comme un symbole, nous avons souhaité, pour envoyer un signal aux artisans et aux créateurs, que l’inauguration de la Mirondela puisse se tenir, comme c’est de tradition en ce premier dimanche de juillet. 

Distinctement de ce Conseil municipal, le Poulain sortira donc aujourd’hui pour ouvrir la saison estivale, pour soutenir ceux qui font battre le cœur de notre ville, pour porter notre dynamique touristique, pour saluer les habitants de Pézenas. 

Mais sans investir sur le temps long, agir sur l’immédiateté ne sert à rien. Nous sommes élus pour construire l’avenir de Pézenas que nous voulons solidaire, écologique, créatif et citoyen. 

Nous voulons mettre Pézenas devant. Nous voulons porter notre ville au plus haut. Pour elle, il ne doit pas y avoir de petites ambitions, seulement de grands destins. 

Nous y arriverons en pariant sur nos atouts et nos savoir-faire. 

Nous y arriverons en renouant avec notre capacité à anticiper les défis, à innover dans nos projets, à inventer des solutions et à oser prendre de nouveaux chemins. 

Nous y arriverons en retrouvant notre faculté d’entraînement des autres, en construisant de véritables partenariats, en fédérant les communes voisines et les différents échelons territoriaux. 

Nous y arriverons si nous misons toujours plus sur les citoyens, l’intelligence collective et la démocratie participative. 

Notre ambition doit être de penser Pézenas comme une capitale, comme elle l’a été lorsqu’elle était la capitale des Etats du Languedoc. 

Elle peut être une capitale touristique, une capitale des métiers d’art, une capitale culturelle, une capitale du patrimoine culturel immatériel, une capitale gourmande, une capitale des vins, une capitale du savoir vivre et du savoir être, une capitale économique en s’inscrivant dans des nouvelles filières de développement et en portant des projets novateurs. 

Aujourd’hui, Pézenas va écrire une nouvelle page de son Histoire. Nous allons en tenir la plume… 

Cette plume ne servira pas à noircir les pages passées ou à rayer sans logique aucune les projets en cours.  

Cette plume nous permettra bel et bien d’écrire l’avenir ensemble et d’y apporter tout notre cœur et toutes nos valeurs. 

Ces valeurs, elles sont d’abord celles de notre République, la liberté, l’égalité, la fraternité, auxquelles nous ajoutons la citoyenneté, l’humanité, l’intégrité, la solidarité, la proximité et la laïcité. 

Nous aimons Pézenas et pour elle nous voulons le meilleur. 

Au travail !

Armand Rivière

ACTUALITÉS

PRESENTATION DE LA LISTE

“Un Maire présent, une équipe engagée, un projet partagé, une ville retrouvée”

LE PROJET

VIDÉOS

Une question ou une suggestion pour Pézenas ?